Qu’est ce que l’amour ? Par Valérie (groupe de Thonon)

cropped-IMGP0457.jpgQu’est-ce qu’aimer ?… Qu’est-ce que l’amour ?…

Poètes, musiciens, peintres, sculpteurs, philosophes, savants…tous depuis des siècles cherchent à exprimer, à expliquer, à analyser ce feu… cette énergie du désir…

Car aimer c’est désirer ! Désir…joli mot certes…mais vague, qui se situe entre la jouissance et le besoin, le profit et la perte.


C’est l’état sous-jacent de la passion, c’est un mélange de perceptions et d’émotions reçu par le cerveau…qui crée l’Amour… Lumière de la Vie !

Dans ce monde difficile où il semble parfois complètement absent, ce mot n’a jamais autant été prononcé, employé, galvaudé dans le quotidien, le profane, le sacré !
Mais que signifie-t-il exactement ?
Dans l’antiquité tous les alphabets étaient sacrés. Chaque lettre est un symbole graphique constituant par sa forme la demeure d’une divinité. Ces lettres sont des instruments de transmission qui véhiculent bien sûr le Savoir, mais aussi les vecteurs de Force transcendantes que sont la connaissance de l’Etre.

pldg-com-bordmer0020.jpgPrenons le A

C’est la signature d’Apollon, 1ère lettre de notre alphabet, car Dieu du Soleil, de la Lumière, de l’Intelligence Créatrice ; il représente à lui seul le programme du disciple sur le chemin de la Connaissance.

Ce voyage vers la connaissance ne pouvant se faire que par l’éclairement de l’Esprit que procure Apollon, Dieu de la lumière manifestée, il représente « le cœur sur tous les plans de la création.
Il est le but donné par tous les cultes, toutes les recherches, sur cette communion qui procède du « cœur non du cerveau », offerte à la conscience humaine.

Pythagore disait « chaque assoiffé de lumière est en vérité fils d’Apollon ».
Nous, thérapeutes esséniens , qui recherchons cette lumière pour nous accompagner dans nos soins, ne sommes-nous pas dans cette filiation ? Et ne continuons-nous pas cette tradition ?

L’étude graphique du A est riche de sens : Symbolisant un compas constitué d’un angle variable donnant naissance à des figures circulaires.
Dans la tradition les figures angulaires relèvent de la Matière, tandis que les circulaires appartiennent à l’esprit. C’est l’instrument susceptible de nous faire accéder aux mondes spirituels à partir d’une structure matérielle.

D’un point de l’espace figurant le Soleil, jaillit un rayon représenté par le cône renversé du A, deux parties, l’une active c’est le V renversé, l’autre passive exprimée par le trait horizontal.
Ce trait horizontal ne représente-t-il pas notre disponibilité, notre ouverture à cette lumière, qui sont les conditions essentielles de notre progression sur le chemin ?

cropped-uova-pasqua_3.jpgVoici le M. :

qui représente Mercure, véhicule de la pensée qui vient du Soleil, messager qui relie les plans de la Terre et du Ciel, chercheur qui ouvre toutes les portes, créateur des rites ; il est le Maitre des Secrets du Haut et du Bas.

Dans sa forme : le V centre de la lettre est le symbole en alchimie de l’œuf philosophique. Les deux traits qui l’entourent représentent le passif et l’actif : les polarités à l’origine du monde.
N’est-ce pas notre mission, notre idéal, de chercher, de relier, d’éclairer par nos pensées, nos actions, le monde où nous vivons ?

Flor-Ladakh.jpgPuis voici le O

qui représente Oréus, « le plus ancien et le plus populaire des Dieux de la Mort ». C’est le dieu des serments.
Dans sa forme le O, figure un cycle achevé, la vie s’achevant par la mort, la renaissance qui prend son essor dans la mort.
Et nous croyons que cette vie ,enrichie de nouvelles expériences , disparaitra pour faire place à une autre….et nous l’acceptons…..du moins nous essayons de lui donner sa meilleure dimension !!! pour que la prochaine soit encore plus riche d’enseignement.

Le U

comme Uranus, dieu des commencements et de la fin, est le souffle qui entretient le feu de la Vie ; c’est le maître du ciel, de l’espace, de la Création Universelle.

Dans sa forme, le U constitué de deux traits représentant la dualité, masculin, féminin, et d’une courbe qui représente la matrice universelle engendrant l’univers.
N’est-ce pas à travers cette dualité que chacun de nous doit s’exprimer, se manifester…accepter ce qu’il est dans ces qualités, ses défauts, ses limites…ainsi que celles des autres…se construire et construire ?

Le R :

symbole de Mars, dieu de la guerre. C’est l’Esprit s’insinuant dans la terre pour détruire les formes destinées à périr et en construire de nouvelles. C’est le Dieu de la végétation, du printemps, du cycle nouveau. C’est l’emblème du feu de la vie.
Et n’est-ce pas ce cycle de la Lumière, de la Vie, en un mot de l’Amour plus fort que la Mort, que nous essayons de réaliser et de vivre.

S’il est bien de comprendre toutes les subtilités, toutes les nuances de l’Amour dans la tradition, il est plus important de le vivre, d’en faire son idéal, sa raison de vivre……car avec les mots tout est facile …mais dans la réalité, comment avons-nous compris, assimilé, intégré et mis en action cette « Loi d’’Amour »

La vivrons-nous – en homme charnel, cet « éros grec » jouissant de tout ce que le monde lui offre, – en homme « psychique » qui philosophe, qui rêve d’un monde meilleur en recherchant « la phylia », cet amour fraternel qui respecte l’autre, ou – en « homme spirituel » qui vit par l’esprit et qui admet que tout ne se réduit pas à la matière, qui croit à un Principe Supérieur, « l’Agapè « ?

Dans notre corps, l’amour se traduit par un mélange de perceptions et d’émotions reçu par le cerveau, traduisant suivant les zones sollicitées, des mécanismes à l’intérieur du corps :
Accélérations des rythmes cardiaques et respiratoires, décharges d’hormones de substances chimiques diverses.
La force de l’amour est proportionnelle à l’intensité du désir, oui , bien-sûr, mais n’est-elle pas soumise à ces fluctuations internes ?…et notre capacité à aimer serait-elle liée à notre biologie ? ….Cela enlève bien des illusions romantiques. …..Sommes-nous tous capables d’aimer ? Avons-nous plus ou moins d’aptitude pour aimer ? Comment réagissons- nous, si toutes les substances qui animent notre cerveau sont plus ou moins présentes ?….Les thérapeutes seraient-ils mieux servis que d’autres dans ce domaine ?…..Nous pouvons en douter et se poser la question, parfois ?

images3R5YSDOMPour Platon, l’amour physique, matériel «  cet éros » est une « divine folie » qui réveille par tous les sens, l’image d’un dieu, d’un lointain idéal devenant modèle pour soi et qui façonne l’autre. L’amour est l’acte d’une transformation qui peut être réciproque. Il peut être conçu essentiellement comme étant la quête d’ un manque à combler.
« Ce qu’on n’a pas, ce qu’on n’est pas, ce dont on manque, voilà les objets du désir et de l’amour » Socrate
Mais cet amour fait de désir et de manque, de souffrance et de joie, toujours en peine de ce qu’il aime……est-il vraiment le bonheur ?
Etymologiquement «  bonheur » c’est la bonne chance ! Peut-être pour nous , cette « bonne chance »c’est un appel de perfection, d’amélioration pour soi et les autres, à un besoin de paix intérieure, de sagesse…..qui nous l’ espérons nous donnera la joie.
« La joie est le passage de l’homme d’une moindre à une plus grande perfection » Spinoza
Cette perfection recherchée….peut passer par » l’homme charnel , l’éros »…..par » l’homme psychique «  qui philosophe, qui rêve d’un monde meilleur en recherchant « la phyllia » cet amour fraternel qui respecte l’autre….. par « l’homme spirituel »qui vit par l’esprit et qui admet que tout ne se réduit pas à la matière, il croit à un Principe Supérieur :c’est « l’agapée.
Mais chacune des étapes citées : est une transition nécessaire qui doit mener chacun de nous à une réflexion, à un questionnement :
Ai-je compris que l’amour de soi est le premier pas vers l’amour de l’autre ? Non pas un amour égocentrique, narcissique…mais la compréhension, l’acceptation de ce que je suis dans mes qualités, mes défauts ,le respect de mes besoins, de mes aptitudes, la reconnaissance de mes limites en toute « humilité »…pour le apprivoiser et pouvoir, peut-être, les repousser et les dépasser ?
Ai-je su me pardonner mes échecs, mes manques, accepter mes faiblesses sans me culpabiliser ?
Ai- je su recevoir l’amour, l’amitié, la fraternité avec gratitude et reconnaissance ?
Ai-je su accepter l’autre dans ses différences ?….et surtout accepter que ses différences me transforment ?
Ai-je su donner sans calcul, sans attente, sans sentiment de pouvoir de possession ?…sans etouffer l’autre, sans l’empécher de vivre ses propres expériences, sans l’empécher de grandir par lui-même ?
Ai-je su donner au bon moment, « le juste amour » ?…La vraie charité ?
Ai-je su accepter les beautés et les laideurs du monde, sans trop les idéaliser ; sans désespérer, sans perdre ma foi en l’avenir de l’homme ?
Ai-je su aimer cette vie qui m’a été donnée, suffisamment pour la rendre riche de mes actions ?…..ce bijou précieux, ce feu qui brillera et brulera jusqu’à mon dernier souffle….

Si je peux répondre affirmativement à ces questions, alors , moi thérapeute…..qui voudrait tenir le monde entier contre mon cœur…..je suis prêt à suivre cette « loi d’Amour » inconditionnel, universel qui transcende tout, qui rejoint tout dans l’unité…..et « d’éclairé » je deviendrai «  éclairant » !!!

cropped-Moth_-_desktop_wallpaper.jpgMais qu’est-ce s’ouvrir à l’universel , à l’inconditionnnel ?
Est-ce se dissoudre dans une espèce d’émotion généralisée qui n’a plus ni formes ni ui fait la richesse de notre monde ? Est-ce souhaiter pour lui la paix, la prospérité, le bonheur sous toutes ses formes ? Est-ce aborder les choses, les êtres avec un certain recul, pour leur laisser un espace de gratuité…..Est-ce avoir la conscience exacerbée par la compassionn, la solidarité, la responsabilité envers les autres ?
« Celui qui posséderait les biens du monde et voyant son frère dans le besoin, lui fermerait son cœur, comment l’amour de Dieu pourrait-il demeurer en lui ? «  lettre de St Jean
……Et cet amour universel, qui envahit tout , ne peut-il s’exprimer qu’avec l’aide de cette Energie, de ce Soleil que dans la Table d’Emeraude, Hermès Trimégiste appelle «  la Force forte de toutes les Forces » qui se répand dans le cœur et l’âme de l’homme comme Lumière dans son esprit ?
Cette Force, cette Lumière éclairera-t-elle suffisamment « cet œil du cœur » pour appliquer et vivre cette «  loi d’amour….. ?
Nous avons appris dans nos cours, que le cœur se partage en quatre parties :
Deux devant, à droite : c’est le don , c’est Faire…..ce sont les actes, les intentions.
Deux derrière , à gauche : c’est la réception…..c’est l’Etre….c’est l’intériorité de l’amour
Puis il y a l’aspect vertical venant du haut : cœur qui reçoit l’énergie du ciel, de l’esprit : l’Orient.
L’aspect vertical venant du bas : cœur qui reçoit l’énergie de la Terre…..la matière….l’Occident.
C’est en réunifiant toutes ces parties, en ce point mystérieux du cœur, que cet amour prendra sa coloration propre, avec toute les nuances de ce que nous sommes, avec toutes les richesses que nous avons reçues……Et là, dans cette harmonie équilibrée de la réception et du don dans la présence et dans la gratitude…..nous pourrons aimer à 360 degrés….C’est l’aspect horizontal.
L’Amour universel est une respiration entre don et reception…..C’est un souffle que nous envoyons au monde…comme notre cœur physique entre diastole et systole transforme sang vicié en sang oxygéné, cette nourriture envoyée à toutes nos cellules.

A ce moment privilégié, nous pouvons espérer que nos mains qui se posent sur un corps
Souffrant…..reçoivent et donnent , car liées à notre cœur unifié au monde à l’univers, à la paix…..elles sont vivantes ….par cet amour…..et peut-être « guérissantes « !
C’est un grand moment de bonheur que nous connaissons alors…sentir ses mains se fondre en l’autre , les sentir remplies de cette Force , qui ne nous appartient pas….mais qui par la force de notre appel vers le Haut vers le Bas….passe en nous …..et remplit l’autre…
Alors nous sommes tout à la fois : le berger et l’agneau, la rose mystique et son parfum, le pain et le vin de la Cène….Et notre cœur exulte…..
Mais restons lucides, par rapport à nous-mêmes……restons « humbles » !!! Cet état de grâce n’est pas constant……C’est le but à atteindre……c’est le travail sur nous-mêmes de tous les jours….Et le monde…..notre monde…sera-t-il jamais prêt à entendre et à recevoir ce message ?

Mais chacun de nous lui enverra à sa façon…..

Peut-être avec humour et cynisme : comme le dit Lacan : « L’amour c’est donner à quelqu’un qui n’en veut pas, quelque chose que l’on n’a pas »….. !
Peut-être avec la véhémence désespérée d’un Voltaire, qui fatigué de s’adresser aux hommes, demande à Dieu de leur faire se souvenir « qu’ils sont tous frères et qu’ils aient en horreur la tyrannie exercée sur les âmes »……Traité sur la tolérance.
Ou avec la foi ardente, la simplicité et le désintéressement d’un Saint François d’Assise dans sa prière :
«  Seigneur faites que je sois l’instrument de votre Paix. Permettez que je sème l’Amour ou sévit la haine , que je réponde à l’injure par le pardon, au doute par la foi, au désespoir par l’espérance, à la nuit par la lumière, à la tristesse par la joie !
O divin Maitre, accordez-moi surtout de vouloir réconforter plutôt que d’être réconforté, de comprendre plutôt que d’être compris ; d’aimer plutôt que d’être aimé.
Car c’est en donnant que l’on reçoit, en pardonnant que l’on est pardonné, en mourant que l’on nait à la Vie éternelle

Nous avons toute liberté de choisir….il suffit de Vivre……d’Aimer…..et d’Espérer qu’un jour «  les hommes vivront d’Amour » !!!!

Valérie Chapot (groupe avancé de Thonon)

Ce contenu a été publié dans ACTUS PERSOS, ARTICLES. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

1 réponse à Qu’est ce que l’amour ? Par Valérie (groupe de Thonon)

  1. Plumefree dit :

    Je n’ai pas encore tout lu, mais bravo pour ce bel exposé qui me semble riche d’enseignements .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *